Derniers sujets
» des danois envisage de bruler le saint coran
Dim 15 Mar 2009 - 10:24 par Admin

» HOUSNI MOUMAREK Président d'Egypte
Mar 27 Jan 2009 - 18:15 par zoffu07

» QUADAFI, Président de al jamahiriya libiya al chaabiya
Mar 27 Jan 2009 - 18:11 par zoffu07

» ZINE AL ABIDINE BEN ALI, Président de la TUNISIE,
Mar 27 Jan 2009 - 18:09 par zoffu07

» BOUTEFLIKA, PRESIDENT ALGERIEN
Mar 27 Jan 2009 - 18:07 par zoffu07

» [color=red]ROI DU MAROC[/color]
Mar 27 Jan 2009 - 18:04 par zoffu07

» as-salemou^alaykum
Mar 27 Jan 2009 - 2:42 par Médine l'Illuminée

» Lynda et Samia !!!
Mar 27 Jan 2009 - 2:39 par Médine l'Illuminée

» GAZA
Sam 24 Jan 2009 - 13:08 par Admin


Le hidjab embarrasse les patrons marocains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le hidjab embarrasse les patrons marocains

Message par Invité le Dim 13 Juil 2008 - 19:33

Le hidjab embarrasse les patrons marocains
Victime par le passé de ségrégation non avouée, Laila Loubani, cadre dans une société de services, en connaît un rayon sur la question. Non pas à cause de son physique, encore moins de ses compétences, mais parce que, tout simplement, elle porte un hidjab. “Très peu de recruteurs osaient invoquer mon voile pour motiver leur refus”, souligne-t-elle.
Aujourd’hui, beaucoup de femmes disent être victimes de discrimination à l’embauche. Le problème, qui remonte à quelques années, résulte de la mutation de la société, caractérisée par la montée d’un islamisme plus ou moins radical. Pour *éviter les crispations, le phénomène était auparavant quasi occulté. Les chargés du recrutement dans les entreprises réfractaires à la manifestation matérielle des convictions religieuses se contentaient d’écarter les candidates voilées en arguant de motifs purement professionnels.
Le problème ne s’est réellement posé de manière explicite qu’au lendemain des attentats de mai 2003 [à Casablanca]. Des employées voilées ont alors été incitées, de manière plus ou moins ferme, à abandonner leur tenue. *Toutefois, aucun licenciement n’a été rendu public. “Les patrons qui considèrent le port du voile comme contraire aux valeurs de leur entreprise ne vont jamais jusqu’à l’interdire formellement”, confirme Ahmed Al-Motamassik, sociologue d’entreprise.
“Nous sommes dans un pays musulman, et il m’est impossible d’interdire à une personne de respecter scrupuleusement sa religion”, se défend un directeur des ressources humaines (DRH). De plus, aucun texte légal ne détermine la manière de s’habiller. Cela relève plutôt des libertés individuelles. “Seules les conséquences du comportement du salarié sur l’exécution du contrat de travail peuvent légitimer la restriction d’une pratique religieuse. Et, pour cela, il faut démontrer clairement que le salarié trouble la bonne marche de l’entreprise”, précise Mohammed Benouarrek, DRH dans une multinationale.
Chaque entreprise établit ses règles de conduite, sans toutefois les afficher, sauf dans les cas où les postes et la nature du travail exigent une tenue spécifique. Ainsi, le voile est interdit dans certaines professions comme celle d’agent de police ou d’hôtesse de l’air.
Le sujet est tellement embarrassant, eu égard à l’environnement culturel, qu’aucun employeur n’ose dire ouvertement qu’il est contre le port du voile dans le milieu professionnel. En privé, certains avancent des arguments convaincants. En effet, des femmes voilées ou des hommes barbus peuvent profiter de la liberté de culte pour faire du prosélytisme en exerçant une pression morale sur leurs collègues. D’ailleurs, aujourd’hui, par mimétisme ou par conviction, on rencontre de plus en plus de salariées voilées, même dans les secteurs qui y étaient les plus défavorables. C’est le cas des banques, où l’on trouve çà et là, des guichetières voilées, qui arborent, bien sûr, un accoutrement soft.
Certaines collaboratrices ont adopté le voile en cours de carrière. Sauf faute grave, il est impossible de les licencier sans créer un grave conflit. Alors, elles sont souvent cantonnées dans des tâches de back office [sans contact avec le public]. “On sait que les postes de front office sont difficilement accessibles aux femmes voilées, car l’entreprise se soucie de l’image qu’elle veut projeter à l’extérieur. Il s’agit notamment des postes de commerciaux, d’accueil, de marketing, de caissières… Ceux où l’apparence vestimentaire joue un rôle important dans la relation avec le client”, commente M. Al-Motamassik. Toutefois, souligne-t-il, “des femmes voilées ont pu accéder à des postes de responsabilité très importants”.


Brahim Habriche
La Vie économique
No
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=79674

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum